Baisse de tarif de métro à Laval et Longueuil : l’ARTM réagit à la pression populaire

En cette rentrée scolaire, l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) annonce une baisse temporaire du titre unitaire du métro à Longueuil et à Laval à compter du 1er octobre. Pour l’Association pour le transport collectif de la Rive-Sud (ATCRS) et l’Association pour le transport collectif de Laval (ATCL), cette baisse temporaire est de la poudre aux yeux. Elles soulignent que le tarif retournera à 5,25 $ dès 2025.

Le fait d’abaisser temporairement le titre unitaire de 5,25 $ à 4,50 $ ne règle pas le problème, selon elles. « Les usagers doivent toujours se procurer deux titres distincts. De plus, la baisse n’est que passagère car les titres seront progressivement ajustés à la hausse à partir de juillet 2023 », signale Axel Fournier, porte-parole de l’ATCRS.

Le 30 juin dernier, les usagers du métro à Longueuil et Laval payaient 3,50 $ pour un billet unitaire. Le tarif est passé à 5,25 $ le 1er juillet, alors qu’il est resté à 3,50 $ à Montréal. Or, le prix du titre montera jusqu’à 5,25 $ en 2025 à Longueuil et Laval.

« L’ARTM ne fait que repousser dans le temps, une hausse inacceptable. Ce timide changement tactique démontre tout de même que la pression populaire a de l’impact. Nous continuerons à mettre de la pression», promet M. Fournier.

L’ATCRS a dénoncé dès le départ la grille tarifaire inéquitable qui est entrée en vigueur en juillet dernier. Au moins 10 000 personnes ont signé une pétition citoyenne dénonçant les tarifs différents du métro selon les zones.

Nicolas Lemire, président de l’ATCL, souligne que l’importante mobilisation citoyenne démontre que cet enjeu spécifique doit être corrigé. « Nous souhaitons un engagement de l’ARTM et des membres de son conseil d’administration à vite mettre en œuvre une solution alignée avec son objectif de promouvoir l’utilisation des transports collectifs et actifs. L’inclusion de toutes les stations de métro en zone A, jumelée à une tarification révisée des stationnements incitatifs, est un exemple de proposition cohérente et applicable à court terme. »

« L’Autorité régionale de transport métropolitain frise l’amateurisme : un usager ne peut pas avoir sur la même carte OPUS un titre zone A (Montréal) et un titre AB (valide à Laval et Longueuil) », dénonce M. Fournier. « L’Autorité complique la vie des gens et maintient son intention d’augmenter le tarif. Ce n’est pas comme ça qu’elle va ramener l’achalandage dans le métro ».

%d blogueurs aiment cette page :